blog

Comment réaliser un audit SEO ?

L’audit SEO est composé de 4 étapes indépendantes mais qui apportent chacune des éléments à prendre en compte. Petit zoom méthodologique sur un exercice souvent sous-estimé.

L’audit est la première étape d’une stratégie d’optimisation de son référencement naturel. Il permet d’analyser le niveau de référencement d’un site et d’en dégager les caractéristiques à améliorer ou encore de trouver les points faibles de son site. Cet audit est constitué de plusieurs étapes indépendantes des unes des autres et qui requièrent une méthodologie stricte.

 

 

Méthodologie d’un audit SEO en 4 étapes

On distingue communément 3 leviers d’amélioration du référencement :
L’approche technique du site : est-il bien construit ? Respecte-il les normes de Google ?
Le contenu du site : est-il intéressant ? bien structuré ? de qualité ?
La popularité : est-ce que mon site est populaire ? Est-ce qu’on parle de moi ailleurs sur le web ?

J’ai donc pris l’habitude de construire mes audits en quatre parties permettant de recouvrir au maximum les grandes approches précédentes :

L’audit technique
L’audit des mots-clefs
L’audit “On Page”
L’audit “Off Page”

Les points forts et les points faibles de chaque site sont mis en évidence et cela me permet de définir un plan d’action pour corriger les erreurs SEO commises.

Amélioration du référencement, optimisation technique

L’audit technique constitue selon moi la base du travail. C’est la partie qui consiste à vérifier si un site a été développé de façon optimale pour les moteurs de recherche. Un site peut être attirant visuellement (optimisé pour le visiteur) tout en étant non optimisé pour les robots
Google.
Pour réaliser cet audit technique, je commence en général par visiter chacun des sites en me comportant comme un visiteur lambda, sauf que je prends des notes pour noter les premières incohérences qui pourraient être pénalisantes. Par exemple, dès ma première visite sur le site d’un client, j’ai remarqué qu’il était impossible de retourner sur la page d’accueil une fois que l’on accédait à une autre page.

Ce problème qui semble anodin est en fait très grave, puisque premièrement : si l’utilisateur se retrouve bloqué, il est obligé de modifier l’URL de la page s’il veut retourner sur l’accueil et deuxièmement, cela empêche la bonne navigation du robot Google quand il « crawl » le site. Autre aspect important de cette première étape, c’est qu’elle me permet aussi de me familiariser avec l’arborescence des sites et de la visualiser.

Ce n’est qu’après avoir fait le tour d’un site, avoir compris son développement et sa structure, que j’utilise différents outils pour analyser le « backend », le moteur, c’est-à-dire le code du site.

De nombreux outils sont disponibles gratuitement pour effectuer cette tâche, mais ils ne
donnent pas tous les mêmes résultats. Il faut varier les outils pour être sûr d’obtenir de bons
résultats.

Voici quelques outils que je recommande : Dareboost, Outiref, Seonity, Yakaferci

Bien choisir ses mots-clés

Bien choisir ses mots-clés est une étape délicate et importante car les crawlers des moteurs de recherche se basent sur les mots-clés pour calculer la pertinence d’une page web lors d’une requête faite par un internaute.

Pour augmenter les chances de faire partie des premiers résultats, il faut donc bien sélectionner ses mots-clés et bien les placer dans les endroits stratégiques du site.

Il faut d’abord se demander ce qu’est un « bon » mot-clé. On pourrait d’abord penser à un terme qui fait du trafic, un terme grand public etc… mais en fait un bon mot-clé c’est avant tout un terme que ma cible utilise.

J’utilise 3 méthodes pour comprendre et définir les mots-clés intéressants pour moi :

– Réflexion et entretien avec le client afin de comprendre exactement son cœur de métier, connaître ses clients, leurs habitudes etc…

– L’analyse des mots que vos concurrents utilisent : avec un outil comme Outiref, il est assez simple de repérer les bons comportements de vos concurrents, n’hésitez pas à utiliser leurs idées (si elles sont bonnes)

– L’utilisation de générateurs de mots-clés comme AnswerThePublic afin de s’inspirer

L’optimisation “On page”

L’audit « on page » est la partie qui consiste à vérifier si les mots-clés que nous avons définis précédemment sont bien placés sur nos pages et dans nos contenus. Les moteurs de recherche vont se concentrer en priorité sur ces endroits pour attribuer une note à notre site, il faut donc être vigilant et être méticuleux dans cette partie.

Les mots-clés doivent apparaître dans :
– Le title de la page
– Les metatags
– Le titre de l’article et les sous-titres (balises sémantiques H1-H6)
– Le contenu de vos articles
– Les images et les autres médias
– Les URL

En image :

Optimisation On page SEO

L’optimisation “Off Page”

Dernière partie de l’audit et de l’optimisation, le « off page » ; c’est-à-dire le Netlinking.

Les liens sont importants pour le référencement, car chaque lien est considéré comme un vote par les moteurs de recherche. Plus un site a de liens pointant vers lui, plus le site sera considéré comme « recommandable », « performant », « pertinent ». Mais ce n’est pas aussi simple.

Depuis 2011 et 2012, Google a mis à jour son algorithme (Google Panda et Penguin) et désormais, la quantité de liens pointant vers un site n’est plus le facteur principal pour être bien positionné. Il faut désormais avoir des liens de qualité.

Quelques idées pour booster son netlinking : inscrire son site à des annuaires en ligne, être présent sur les forums du secteur d’activité ciblé, commentaires de blog, demande de partenariat.

 

 

Pour aller plus loin

Audit de site web Pour finir je vous recommande la lecture de ce livre qui m’a beaucoup aidé dans mes débuts, vous y trouverez d’autres conseils et d’autres outils qui vous permettront d’atteindre vos objectifs !

Bon courage pour votre audit ! 😉